Si vous résidez en appartement mais que vous avez des envies de nature, sachez que tout n’est pas perdu, bien au contraire. Si les arbres fruitiers ont longtemps été réservés aux grands espaces et aux personnes qui disposaient d’un extérieur, ce n’est plus vraiment le cas aujourd’hui.

Il suffit d’ailleurs de se rendre dans un magasin spécialisé pour se rendre compte qu’il existe de nombreuses espèces nouvelles afin de faire pousser vos propres fruits. Au-delà de l’aspect décoratif qu’une telle plante apportera à votre intérieur, vous pourrez ainsi cultiver vos arbres et les déguster quand les fruits seront mûrs.

Naturellement, vous n’aurez pas autant de choix que pour une culture plus classique, mais il existe malgré tout des solutions intéressantes pour mettre des arbres fruitiers dans votre appartement. Que vous ayez un balcon ou non, voici quelques conseils qui pourraient bien vous faire voir la vie en couleurs.

Ce qu’il faut savoir sur les arbres fruitiers

Quelles que soient les conditions qui leur sont nécessaires, les arbres fruitiers ont des besoins spécifiques afin d’évoluer correctement et de donner des fruits comestibles. Pour cela, il est avant tout nécessaire qu’ils soient en contact avec un écosystème favorable, au plus proche de leur milieu naturel.

C’est pourquoi, lorsque vous opterez pour l’un de ces arbres, nous vous recommandons de demander conseil auprès d’un professionnel afin d’avoir tous les éléments en main pour le cultiver correctement et lui garantir le meilleur environnement possible. Sans cela, vous pourriez avoir un arbre qui semble en bon état, mais qui ne donnera jamais de fruits.

Les apports nécessaires pour les arbres fruitiers

Outre cet écosystème nécessaire, mais particulier en fonction de chaque espèce, il faut savoir que les arbres fruitiers en général, tout comme les hommes ou les animaux, ont besoin d’ingrédients vitaux pour vivre. Le premier d’entre eux, vous devez vous en douter, est l’eau. Mais attention, tous les arbres n’ont pas besoin de la même quantité. Là encore, il est important de vous informer en amont.

Le second élément primordial est souvent la luminosité, ou du moins la présence du soleil. Il est rare que des fruits parviennent à pousser à l’ombre. Que vous ayez un extérieur ou non, il vaut donc mieux avoir une bonne exposition, même temporaire, afin d’avoir toutes les chances d’obtenir des fruits sur vos plantations.

Quels arbres fruitiers dans un appartement ?

Maintenant que nous avons vu les bases à propos des arbres fruitiers, quelles sont donc ces espèces qui peuvent être cultivées dans votre appartement ? Nous en avons sélectionné quelques-unes, avec différents niveaux de difficulté. La liste n’est pas exhaustive, et au sein de chaque type d’arbre, différentes variantes existent également. N’hésitez pas à vous renseigner lors de votre achat.

Le citronnier, pour la couleur

Si vous avez déjà fait un tour dans un magasin de jardinage, vous avez certainement déjà aperçu des citronniers plus ou moins imposants dans des pots. Il y a une bonne raison à cela, car ces arbres sont en effet assez faciles d’entretien et ne nécessitent pas d’être replantés. Cela les rend donc parfaits pour la culture en appartement, à certaines conditions cependant.

Le citron est un fruit qui aime le soleil. Pour pousser correctement, il a donc besoin d’être exposé à la lumière, surtout s’il est à l’intérieur. Qui plus est, une aération sera nécessaire, et surtout un arrosage fréquent sera demandé. Le citronnier nécessite un peu d’entretien, mais en prenant la main vous obtiendrez de magnifiques citrons qui donneront du relief à votre intérieur.

L’oranger ou le mandarinier, pour la facilité d’entretien

Pour rester dans les agrumes, vous pouvez également opter pour un oranger ou un mandarinier d’intérieur. Tout comme pour les citrons, il en existe diverses espèces qui s’adapteront plus ou moins facilement à la vie en appartement. D’une manière générale, ces oranges ou mandarines n’ont pas besoin de beaucoup d’attention lors de la culture, ce qui les rend faciles à faire pousser, si vous avez suffisamment d’ensoleillement.

Attention toutefois, les espèces cultivables dans ces conditions donnent généralement des fruits bien moins sucrés et goûteux que ceux dont vous avez l’habitude. Ils seront plus facilement utilisables comme ingrédients en cuisine que tels quels.

L’orchidée vanille, pour une touche d’exotisme

Nous vous déconseillons absolument de vous lancer dans la culture de vanille s’il s’agit de votre premier arbre. En effet, les besoins très spécifiques de cette plante nécessitent un peu de connaissances et de patience pour obtenir des fruits. Toutefois, si vous avez déjà fait vos preuves, vous pourrez ainsi avoir à disposition tout un tas de nouvelles saveurs dans votre appartement.

L’orchidée vanille a besoin de beaucoup d’humidité et d’ensoleillement, ce qui rend sa culture assez complexe, mais particulièrement enrichissante si vous parvenez à la faire grandir.

Le papayer nain, pour les experts

Tout comme pour l’orchidée vanille, la plantation de papayer nain est réservée aux jardiniers en herbe qui ont un peu d’expérience. La raison est simple : il faut s’en occuper constamment pour le garder en vie et lui permettre de s’épanouir. Outre ses besoins en chaleur et en lumière, il est très sensible aux variations de température et aura donc besoin d’un espace spécifique.

Néanmoins, ses fruits goûtus ont déjà largement fait leur preuve, et c’est l’occasion de vous démarquer un peu lorsque vous aurez des invités.

Le framboisier, pour sa petite taille

Le framboisier est sans doute l’un des arbres fruitiers les plus résistants qui existent, ce qui en fait un choix idéal pour la culture en appartement. En effet, vous pouvez aussi bien le faire pousser en intérieur qu’en extérieur, à condition de lui donner l’arrosage nécessaire pour que les fruits puissent s’épanouir.

Une fois que vous aurez pris l’habitude, vous le ferez assez facilement et vous pourrez déguster des framboises régulièrement, grâce à une récolte abondante qui devrait satisfaire toutes vos envies gourmandes. L’autre point positif du framboisier, c’est qu’il est naturellement de petite taille, et qu’il s’adapte ainsi à tous les espaces, notamment dans un appartement.

Une seule chose à faire ! Au boulot 🙂

Si depuis les années 1990 le développement durable est considéré comme l’épine dorsale de toutes les politiques publiques, la pandémie de la covid19 est venue nous confirmer une fois de plus l’urgence de préserver notre environnement. La prise en compte des générations futures et la poursuite de l’efficacité économique, prônées par le développement durable n’a jamais été aussi d’actualité qu’en ces temps troubles.

En effet, depuis quelques décennies, les politiques publiques mettent en place des politiques énergétiques qui encouragent l’utilisation des énergies renouvelables par le truchement d’aides d’Etat et de réglementations telle que la norme RT 2012. C’est dans cette même perspective qu’une nouvelle norme RT plus regardante et plus exigeante en matière énergétique dans la construction du neuf doit entrer en vigueur en 2021. Même si la norme RT 2012 est toujours en vigueur en ce mois de février 2021, le passage à la RT 2020 se fera incessamment.

Par conséquent, il nous conviendra, au cours de cet article, d’exposer tout ce qu’il y a à savoir sur ladite norme. Il s’agira d’abord de présenter les caractéristiques de la norme. Ensuite, il s’agira d’effectuer un travail comparatif entre l’ancienne norme et la nouvelle afin de savoir ce qui va réellement changer. Enfin, il faudra expliquer comment faire pour profiter pleinement de la nouvelle norme et être en règle dans la réalisation de ses constructions.

Qu’est-ce que la RT ?

La RT ou réglementation thermique est une norme pour la réglementation des installations énergétiques du neuf mise en place depuis 1974. Depuis, des normes RT se succèdent dans le but d’affiner l’efficacité énergétique et de protéger l’environnement. Le but est de réduire la consommation énergétique des nouvelles constructions après le constat que la consommation d’énergie par habitant en France est jusqu’à présent très élevée. Derrière  la Belgique et les Pays-Bas, la France fait partie des pays les plus énergivores d’Europe avec l’Allemagne et des pays comme la Croatie.

Les logements et locaux de commerce représentent 45% de la consommation énergétique. Ils consomment plus que les transports et l’industrie réunis. S’agissant de l’émission de gaz à effet de serre, les résidences sont à 19% derrière les transports et les industries.

RT 2020 et isolation

Pour optimiser la consommation d’énergie, il faut insister sur l’installation d’une bonne isolation thermique. Cela nécessite l’exploitation maximale des sources d’énergie gratuites du bâtiment. Ainsi, il faudra être regardant sur le choix des matériaux d’isolation. La tendance montre qu’aujourd’hui il est possible de bien isoler son logement avec des briques, des planchers, des hourdis, etc. Il est également possible d’utiliser des vitrages chauffants ou des volets mobiles selon la position du soleil.

RT 2020 et maison passive

La nouvelle norme RT 2020 exige la construction de maisons passives qui sont productrices d’énergie. Ces types de maisons produisent par elles même l’énergie qu’elles consomment. Le surinvestissement est estimé à plus ou moins 8%  par rapport à une maison classique et permet l’utilisation des énergies renouvelables grâce à une technologie de pointe.

RT 2020 et maison positive

Les maisons positives prises en compte par la nouvelle norme sont encore plus bénéfiques  puisqu’elles consomment moins d’énergie que ce qu’elles produisent. Elles fonctionnent grâce à des équipements restaurateurs de chaleur, des technologies de pointe exploitant les énergies renouvelables.

La différence entre la RT 2012 et la RT 2020

La RT 2012 s’est concentrée sur l’amélioration des performances énergétiques en vue. Dans une perspective de renforcement de la norme RT 2012, deux labels ont été mis en place à savoir le label HPE et le label THPE. Respectivement, haute performance énergétique et très haute performance énergétique, ils visent tous les deux à réduire la consommation énergétique avec une différence de degré. La norme RT 2020 qui se nommera plus précisément RE 2020 (réglementation environnementale) ne se limitera pas aux  aspects thermiques des logements mais mettra en avant la dimension écologique.

C’est ainsi qu’elle intègre la dimension  productive d’énergie par les bâtiments. Cela veut dire que les BEPOS ou bâtiments à énergie positive seront la norme de construction après l’entrée en vigueur de la RT 2020. Evidemment, cela nécessitera l’installation d’équipements producteurs d’énergie dans le neuf.

Les équipements concernés servent principalement au chauffage, au refroidissement, à la production d’eau chaude sanitaire, à l’alimentation du matériel électroménager et à l’éclairage. Les procédés qui seront utilisés pour atteindre cet objectif seront principalement l’isolation, la production d’énergie par les logements et l’empreinte environnementale.

Les trois normes de la RT 2020

La nouvelle règlementation environnementale de 2020 repose sur trois socles à savoir

  • une consommation de chauffage inférieure à 12 kWhep/m²/an
  • une consommation totale d’énergie primaire inférieure à 100 kWh/m²/an,
  • la production d’une énergie renouvelable pour atteindre un bilan positif ou au moins passif.

La première norme concerne les énergies primaires qui sont le chauffage, l’éclairage, les matériels électroniques et l’eau chaude sanitaire. L’atteinte de ce premier objectif nécessite l’installation d’une isolation performante, l’acquisition d’une ventilation efficace et être dans une dynamique d’un respect bioclimatique optimal.

La deuxième norme concerne également les énergies primaires mais encourage l’utilisation d’une technologie de haute performance comme la domotique qui permet une consommation très réduite. Il s’agit d’un dispositif qui permet d’avoir une maison intelligente qui synchronise et automatise toute votre consommation énergétique. Cela évite les déperditions et le gaspillage causés notamment par les oublis et les manipulations manuelles. Ce dispositif vous permet de faire de l’économie d’énergie jusqu’à 10%.

La dernière norme exige l’intégration l’installation d’un ou de plusieurs dispositifs de production énergétique tels que les panneaux solaires et le ballon thermodynamique.

La nouveauté

Les maîtres mots sont l’ écologie et l’efficacité. La nouvelle norme exige l’utilisation de matériaux plus respectueux de  l’environnement et plus efficaces d’un point de vue énergétique. Ce sont des matériaux encore peu répandus en France mais qui devraient vite être disponibles partout avec l’entrée en vigueur de la norme. Il s’agit  du chanvre, de la roche volcanique, de l’ouate cellulose, des briques de terre cuite et du béton en pierre ponce. Leur rareté explique leur cherté. D’autres alternatives aussi efficaces et moins coûteuses consistent, par exemple, à utiliser la paille.

Normalement la norme RT 2020 devait entrer en vigueur à la fin de l’année 2020. Toutefois, la crise sanitaire a exigé son report en 2021. Dès l’entrée en vigueur de la norme, les règles qui y sont imposées devront être prises en compte dans votre demande de permis de construire.

Quelle énergie produire ?

En fonction de l’énergie que vous voulez produire, plusieurs solutions vous sont proposées. L’essentiel est d’avoir un bilan énergétique positif. Vous devez savoir s’il vous faut de l’eau chaude sanitaire, de l’électricité ou de l’air chaud.

La production d’électricité vous permet d’avoir une indépendance énergétique et de ne pas subir les fluctuations du prix de l’électricité. Elle vous permet également de préserver l’environnement en produisant de l’énergie verte contrairement à l’électricité de l’industrie nucléaire. Enfin, elle vous permet d’avoir de l’électricité même si vous êtes loin des installations électriques.

Vous pouvez assurer votre production énergétique avec une installation éolienne, avec une hydro turbine ou avec des panneaux photovoltaïques.

L’installation éolienne est  sans doute la plus coûteuse et peut se faire dans votre jardin ou sur votre terrasse. Son rendement se fait à long terme. Ensuite, il y a l’installation d’une hydro turbine dont la réalisation dépend de la proximité de votre logement avec un cours d’eau au débit suffisamment puissant pour faire marcher l’installation. Enfin, viennent les panneaux solaires photovoltaïques qui peuvent être installés presque partout.

L’installation des panneaux photovoltaïques

Ce sont des panneaux entre 1.5m et 1.8 m de hauteur sur 1m de large, composés de cellules de silicium appelées cellules photovoltaïques.  Ce sont ces cellules qui réceptionnent la lumière du soleil pour la transformer en énergie continue qui passe par un onduleur photovoltaïque chargé de la transformer en électricité alternative propre à la consommation.

Il est difficile de connaître exactement ce que vous allez consommer avec un logement neuf du fait que vous n’y habitez pas encore. Toutefois, il est possible d’effectuer une estimation pour chaque appareil. Pour ce faire, il vous faudra connaître la puissance de l’appareil, sa durée de fonctionnement continue, et la fréquence de son utilisation. Ce calcul vous permettra de savoir combien de panneaux solaires il vous faudra pour couvrir vos besoins énergétiques. L’intervention d’un professionnel pourrait être opportune afin d’avoir les bons chiffres.

Le rendement des panneaux solaires seront en fonction du type de panneaux que vous avez (monocristallins ou polycristallins), du niveau d’ensoleillement, de la position de l’installation, de la période de l’année, de  la puissance, etc.

Avec l’utilisation de ce type de technologie vous bénéficierez d’aides d’Etat sous forme de primes pendant des années sous certaines conditions. Il a également été mis en place un système tarifaire réglementé de rachat du surplus de production énergétique.

Pour conclure

La réglementation thermique 2020 aussi appelée réglementation environnementale est un corpus de normes destiné à réduire considérablement la consommation d’électricité et à promouvoir l’efficacité énergétique. Pour cela, l’alternative trouvée est de produire soi-même l’énergie consommée grâce à des maisons positives ou passives mais également grâce à des matériaux performants.